Languages

Témoignages

Maxime, le fils de notre coordinatrice aux Philippines Kathleen Deckmyn, donne son témoignage aux enfants.

Voici également le témoignage du père de Katlhleen :

Longueville, le 14 novembre 2013

Chers amies, chers amis,

Francine et moi souhaitons tout d’abord vous remercier pour  vos messages et  marques d’attention. Cela nous a fort soutenus.

Il ne nous est pas possible de répondre à chacune et chacun personnellement, vous le comprendrez.

Kathleen, Marie-Astrid (14 ans), Maxime (10 ans) et un garçon de 10 ans ami de Maxime  (sauvé des eaux et que Kathleen a pu faire passer pour son fils adoptif) ont pu monter dans un hélico de l’armée américaine et sont à Manille depuis hier midi. L’enfant dont les grands parents voisins  sont morts à Tacloban a ainsi retrouvé ses parents.

Dans l’après-midi  notre fille Isabelle et les 3 enfants de Kathleen, qui vivent chez elle,  ont pu échanger durant une heure par téléphone (seul moyen de communication en activité) avec leur maman et  Marie-Astrid et Maxime.

Le récit qu’ils ont donné est difficilement soutenable et nous n’en sortirons pas facilement indemnes. Nous savons tous qu’il est important pour notre fille et nos petits enfants  de raconter ce qu’ils ont vécu.

Nous avions de mauvaises informations et nos enfants n’étaient pas à l’abri chez une cousine mais ont tout vécu dans la maison.  Tout a commencé à 5 heures du matin et s’est  clôturé à midi. Soit  environ  5 heures de vent déchainé à 360km/h et 2 heures de vagues immenses envahissant la maison.  Ce n’est qu’ensuite qu’ils ont été accueillis chez une cousine où leur maman les a retrouvés.

Notre Alex était un homme responsable et il avait barricadé la maison comme lors de toute annonce de typhon auquel leur maison a toujours résisté.  Personne  n’avait prévu la puissance  inégalée de ce typhon Haiyan. 

En arrivant à Tacloban,  Kathleen a entendu le récit de ses  enfants -  a été sur les lieux – a constaté qu’hormis la structure  des murs,  tout était détruit sauf l’étage qui était inatteignable durant la tempête de vent et a servi de refuge, lors de l’envahissement  des vagues,  à ceux qui ont réussi à y monter grâce à une corde.

L’étage  sert actuellement de refuge aux survivants des familles qu’Alex avait accueillies. Kathleen a entendu le récit de quelques voisins  qui ont survécu   - s’est rendue au petit immeuble  de son ONG  DISOP  dont le bureau à l’étage est partiellement préservé – elle a récupéré des passeports – des documents .  Le coffre-fort  a été retrouvé loin dans la nature, à 200m de là !

Nous étions tous  réunis hier soir chez Isabelle.  Nous aussi nous devrons faire notre deuil de notre gendre aimé et apprécié.  Espérer prendre une distance par rapport à ce drame et son récit.

Notre famille devra se réorganiser et nous attendons Kathleen pour l’envisager. Elle pourrait quitter Manille avec les enfants  cette nuit.

Toute l’équipe de l’ONG DISOP  a été remarquable d’efficacité et d’humanité.

Nous demandons à ceux qui nous ont proposé une aide d’attendre que la situation soit un peu éclaircie.

Nous partageons la Foi de nos filles et nous sommes assurés que le Seigneur continuera à nous apporter sa paix  sa force et sa grâce.

Avec  toute notre amitié. Francine et Paul.

 

 

© 2018 Disop VZW • Spastraat 32 • 1000 Brussel • +32 2 230 29 25 • BE0409.331.882 • login